Quelques leçons de vie

  • Si vous n’apprenez pas à coopérer, vous finirez seul, quel que soit le domaine de votre vie. Vous vous retrouverez exclu. Aucune relation long terme, aucune relation profonde n’est possible sans le dévouement et la coopération. Les gens ne vous quittent pas pour trouver mieux que vous, ils vous quittent pour trouver plus facile que vous. Au travail, on préfère même s’associer avec quelqu’un de moins compétent mais plus facile à vivre et plus adaptable. Le caractère et l’attitude doit être en phase avec l’interlocuteur et/ou l’entreprise, sinon vous serez mis de côté même si vous êtes ultra compétent. La vie implique de la coopération. La coopération implique de la soumission dans le sens de l’humilité, l’envie d’apprendre, des compromis que l’on fait pour l’autre ou pour son travail. Si vous ne développez pas votre caractère coopératif, vous finirez sans amis et sans conjoint passé un certain âge. La capacité à coopérer, c’est un muscle, cela s’apprend. Tout comme le sens du compromis, savoir pardonner. Vous pouvez remplacer aussi le mot « coopération » par « souplesse » dans ce texte. Faire preuve de souplesse dans votre relation de couple sera un atout majeur pour durer dans le temps. Acceptez l’autre tel qu’il est et qu’il évolue, avec souplesse.
  • Ce qui attire l’attention n’est pas ce qui la retient ou ce qui était votre plus grande qualité peut devenir votre plus grand défaut. Ce qui vous a réussi un temps peut vous porter préjudice sur le temps suivant. Il faut être et durer. Il faut requestionner la pertinence de ce qui nous a réussi auparavant. La suite ne nécessite pas forcément les mêmes qualités. Il faut s’adapter et se réinventer. Durer veut dire changer parfois de système. Il faut faire murir les choses pour durer. Ne pas être figé dans un modèle.
  • Les fêtards de 20 ans seront les alcooliques de 40 ans. De même pour la cigarette. Attention donc aux abus dans la jeunesse qui peuvent devenir des habitudes de vie plus tard!
  • Le système vous méprisera si vous ne cumulez pas de preuves sociales. C’est à dire des réussites concrètes, des diplômes, etc. Sauf si vos parents en ont tellement accumulé que cela vous servira à vous. C’est plus facile de les accumuler quand on est jeune: ne négligez pas les diplômes, votre savoir-vivre, votre culture, votre expression orale et votre présentation, votre compréhension du système, votre engagement dans telle association ou tel parti politique… La vie est faite de hiérarchie et il faut en avoir conscience. Tout est compétition. Le cumul de preuves sociales vous protège du mépris des gens qu’ils pourraient intérioriser sans s’en rendre compte. Le jeu social protège aussi vos enfants.
  • On subit une sélection sociale inconsciente en permanence. Les liens entre les gens sont beaucoup plus subtils qu’on ne le pense. Les gens ne s’unissent pas seulement par affect mais se lient par appartenance à un même groupe social. Si une distance se maintient entre vous et une personne malgré votre amicalité, c’est que cette personne avait décidé du niveau de proximité qu’elle aurait avec vous dès votre rencontre (à la lecture de tous les messages subtils que vous renvoyez: votre tenue vestimentaire, votre posture et maintient, votre façon de vous mouvoir et de parler, votre confiance en vous, l’énergie que vous dégagez…). Il ne faut pas se faire leurrer par les démonstrations de sympathie: les gens peuvent être sympathiques et distants.
  • Ce sont parfois vos proches qui vous donneront les pires conseils. Très peu de gens feront cet effort mental de se mettre vraiment à votre place. La plupart des conseils seront biaisés: des conseils qui les rassurent ou qui s’appliquent à eux. Et même souvent les conseils qu’ils prodiguent se n’incarnent pas dans leur vie de tous les jours. Les choix qu’on regrette ne sont pas les nôtres mais ceux qu’on a suivi. Les conseilleurs ne sont pas les payeurs!
  • Créer et maintenir des amitiés deviendra difficile avec l’âge. Plus on avance dans l’âge, plus notre compréhension de la psychologie humaine s’améliore. Ça demande d’accepter l’imperfection. Certains au contraire utilisent cette compréhension a leur avantage pour mieux masquer leurs défauts et leurs vices. Il devient difficile d’accéder à la vérité des gens et d’avoir de profondes relations de confiance et authentiques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :