A savoir avant de se marier

  • Ce que j’aurais aimé savoir avant de me marier de Gary Chapman

Voici un livre que je recommande vivement de lire si vous êtes en train de vous intéresser à une personne, si vous êtes fiancés ou tout simplement célibataire. J’ai relevé quelques passages clés.

 » Je souhaite que vous vous prépariez au mariage comme s’il s’agissait de la relation humaine la plus importante de votre vie« 

« Si seulement j’avais su… qu’être amoureux ne suffit pas pour construire un mariage heureux. Nous oublions de réfléchir à nos convictions sur le plan spirituel, à nos intérêts sur le plan intellectuel et culturel et à nos affinités sur le plan relationnel. Et nous ne nous rendons pas compte que, dans ces domaines, nous sommes complètement différents. »

« Si seulement j’avais su… qu’il y a deux étapes dans l’amour. Le sentiment d’amour romantique ne dure en moyenne que deux ans. On ne reste pas dans cet état d’euphorie pour toujours. La seconde étape de l’amour sollicite beaucoup plus notre volonté que la première. Elle exige un certain « travail » si nous voulons pouvoir maintenir la flamme du sentiment amoureux. Connaître le langage d’amour de votre partenaire est primordial pour que chacun puisse nourrir l’affection de l’autre: il y a les paroles valorisantes, les services rendus, les cadeaux, les moments de qualité, le contact physique. »

« Si seulement j’avais su.. que le proverbe « tel mère, telle fille, tel père, tel fils » n’est pas un mythe. Si son père est dominateur, grossier et injurieux, ne soyez pas surprise si, dans dix ans, celui qui est votre fiancé aujourd’hui présente des traits de caractère semblables. »

« Si seulement j’avais su… comment régler les désaccords en évitant les disputes. Personne ne nous avait dit que les conflits font partis de la vie conjugale. Ils ne sont pas le signe que nous avons épousé la mauvaise personne. Nous avons tous tendance à penser que nos idées sont les meilleures. Demandez un temps d’écoute à votre partenaire lorsque vous sentez que le conflit est proche, ou mieux: proposez lui ce temps d’écoute où vous lui promettez de ne pas l’interrompre et d’essayer de comprendre son point de vue. Ensuite, essayer de trouver un compromis. Parfois il faudra même céder, car l’amour implique un grand sacrifice dans certaines circonstances. Une troisième manière de résoudre un conflit consiste à reporter la discussion, à en reparler plus tard. Il convient d’accepter le désaccord sur certains sujets. »

« Si seulement j’avais su… que savoir s’excuser est une force. Voici les cinq langages pour s’excuser (il convient de connaitre le langage de votre partenaire parmi cette liste): exprimer des regrets pour montrer à l’autre que nous sommes triste de l’avoir offensé, reconnaitre notre responsabilité en admettant avoir mal agi, réparer en faisant un acte/une parole qui correspond au langage d’amour de votre partenaire, exprimer un réel désir de changement en élaborant un plan visant à empêcher le mauvais comportement de se reproduire, et enfin demander pardon tout simplement. »

« Si seulement j’avais su… que le pardon n’est pas un sentiment. Le pardon est une décision, celle de faire grâce au lieu de réclamer justice. Le pardon ôte la barrière entre les personnes et permet à la relation de se développer à nouveau. Le pardon ne détruit pas les souvenirs, et le souvenir peut alors raviver la blessure, peut-être même la colère. Le souvenir ne signifie pas que je n’ai pas pardonné mais que je me rappelle une expérience pénible. De même, le pardon n’efface pas les conséquences du tort commis. Le pardon ne restaure pas automatiquement la confiance. Il faut alors avoir une attitude de transparence et d’honnêteté totale pour restaurer la confiance. Il convient aussi d’avoir conscience que le pardon ne produit pas toujours la réconciliation. Il faut analyser les divergences de vues, trouver de nouvelles façons d’agir, régler les conflits du passé et apprendre à collaborer dans un esprit d’équipe. Le pardon est le premier pas mais la réconciliation peut prendre plusieurs mois. En somme, il n’y a pas de vie de couple digne de ce nom sans excuses sincères et sans véritable pardon. »

« Si seulement j’avais su… que les toilettes ne se nettoient pas toutes seules. Qui fera quoi comme tâches ménagères? Voilà une question qu’il faut aborder avant de vivre sous le même toit. Cela peut devenir une source importante de conflit lors des premiers mois de vie commune. Il faut aussi avoir à l’esprit que chacun a vu ses parents faire ou ne pas faire certaines tâches. Faites cet exercice: listez les tâches que faisaient chacun de vos parents et comparez ensuite vos listes. Vous vous rendrez ainsi compte que l’exemple donné fut parfois très différent. »

« Si seulement j’avais su… qu’il fallait établir un budget pour bien gérer notre argent. Après le mariage, penser à « notre argent » et non plus « mon argent » est primordial. Le désir d’unité est au coeur du mariage. J’encourage les couples à adopter le « plan 80-10-10″. Il consiste à économiser 10% du revenu total, allouer 10% aux dons et partager les 80% restants pour les dépenses communes. Qui gérera les comptes? Vous formez une équipe ne l’oubliez pas, que chacun mettent ses compétences au service du bien commun, même en ce qui concerne les finances. »

« Si seulement j’avais su… que la sexualité est différente pour les hommes et les femmes. Premièrement, j’aurais souhaité savoir que les hommes sont concentrés sur les rapports sexuels, tandis que les femmes accordent davantage d’importance à la relation. Si donc la relation a été brisée par des paroles dures ou un comportement irresponsable, l’épouse aura vraiment du mal à désirer se donner à son mari. Pour les femmes, les relations sexuelles commencent à la cuisine et non pas seulement dans la chambre à coucher. Si le mari sait exprimer son amour à sa femme dans la cuisine, elle sera bien plus ouverte aux relations sexuelles quand ils arriveront dans la chambre. Pour cela, le mari doit connaitre le langage d’amour principal de sa femme (cf Les 5 langages de l’amour). Pour l’épouse, les moments qui précèdent l’acte conjugal ont beaucoup plus d’importance que l’acte lui-même. Elle veut avant tout se sentir aimée. Ensuite, j’aurais aimé qu’on me dise que les rapports sexuels sont plus qu’un acte. Ils sont l’expression de l’union la plus intime et profonde entre un homme et une femme. Il ne s’agit pas simplement de l’union de deux corps, mais d’une union sur les plans du corps, de l’âme et de l’esprit. C’est pour cette raison que les relations sexuelles sont réservées au mariage. De plus, communiquer est primordial, chaque mois prenez le temps de discuter de ces moments intimes. Enfin, sachez que le passé refait toujours surface. On nous fait croire aujourd’hui qu’en ayant eu des expériences sexuelles avant le mariage, on profite de sa jeunesse et on se prépare mieux à l’engagement. Or, toutes les études menées sur le sujet prouvent que ceux ci divorcent deux fois plus que ceux qui se sont gardés pour le mariage. Le fait de savoir que le ou la fiancé(e) a connu intimement d’autres personnes avant peut être un véritable frein psychologique et une brisure pour l’engagement sacré qu’ils s’apprennent à se donner. Abordez ce sujet avant de vous engager et réparez les dégâts éventuels à l’aide d’une bonne communication et du pardon. »

« Si seulement j’avais su… que j’épousais aussi une famille. Quand vous vous mariez, vous entrez dans une famille élargie. Elle peut être composée d’un père, d’une mère, d’un beau-père, de frères et soeurs, de belles soeurs, de neveux, d’enfants d’un premier mariage et même d’une ex-femme ou d’un ex-mari. Que la relation soit distante ou étroite, elle existe. Ce dont il faudra tenir compte: les fêtes (comment s’organise chaque famille à Noël, et quel compromis trouver?), les traditions familiales (acceptez-vous les particularités culturelles de l’autre famille?), les attentes de vos beaux parents (et leurs actions qui en découlent), les travers de vos beaux parents (peut-être que vous découvrirez que votre beau-père a un certain penchant pour la boisson, ou que votre belle-mère ne peut s’empêcher de fouiller dans les affaires des autres…), les convictions religieuses de vos beaux-parents. Il vous faudra apprendre à les écouter en essayant réellement de comprendre ce qu’ils pensent, ce qui les a conduit à telle conclusion et ce qu’elle représente pour eux. Il n’est pas nécessaire que vous soyez d’accord, cependant il est important que vous soyez courtois et que vous respectiez leurs opinions. Ceci est valable pour eux également. Parlez-en posément si besoin avec eux et votre conjoint. Dans tous les cas, tentez de parvenir à un accord lorsqu’il y a divergences de vues. En posant des questions au lieu d’être dans l’exigence, on parvient à une « négociation ». De plus, apprenez quel langage d’amour parle chacun de vos beaux parents, et utilisez-le régulièrement. Cela favorise l’attachement et les bonnes relations. »

« Si seulement j’avais su… que la vie chrétienne ne se résume pas à aller à l’église. Cette question doit absolument être abordée durant les fréquentations. Quelle est votre conception de Dieu? Avez-vous étudié la doctrine chrétienne pour approfondir votre Foi/croyance? A quelle confession/ quel courant appartenez-vous au sein même de la chrétienté? Car il existe des différences de doctrine et de pratique entre ces courants. Qu’est ce qu’un chrétien ? Qu’est-ce qu’être chrétien dans la vie de tous les jours et les actes concrets pour chacun de vous? Car il existe plusieurs niveaux d’engagement. Quel impact a sa Foi dans sa vie quotidienne? Puisque ces questions ont un impact sur tous les domaines de notre vie, il est primordial que vous vous demandiez avant de vous marier, si les convictions spirituelles que vous avez l’un et l’autre sont réellement compatibles. »

« Si seulement j’avais su… que le tempérament influe grandement sur le comportement. Une personne qui est du matin, ne deviendra jamais quelqu’un du soir, et vice-versa. De même, un optimiste ne pourra supporter longtemps la compagnie du pessimiste qui n’a pas la même vision du monde. Attention, durant les fréquentations, ces différences de tempérament peuvent être cachées par l’euphorie des débuts. Ainsi, demandez vous ces mêmes choses: êtes vous sociables ou casaniers/introvertis? Peureux ou aventuriers? Ordonnés ou désordonnés? Flegmatiques ou dynamiques? Rationnels ou intuitifs? Organisés ou spontanés? Dans tous les cas, il est essentiel de faire preuve de compréhension et de souplesse envers l’autre, qui n’est pas notre jumeau, pour qu’un mariage « tienne le coup ». »

Pour terminer, l’appendice du livre propose des conseils pour la période des fréquentations: très précieux pour garder la tête froide et les idées claires concernant votre compatibilité post-mariage.

J’espère que ce résumé vous aidera à bien discerner, à bientôt!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :