Les hormones de l’accouchement

Un accouchement est un acte sécuritaire, intime et normal. Notre corps de femme sait accoucher. Le bébé sait naître. La femme et son bébé forment une équipe et peuvent se faire confiance. La clé est de lâcher prise et de s’abandonner à cette expérience intense et merveilleuse.

Pendant la grossesse, la femme créé des récepteurs à l’ocytocine au niveau de son utérus grâce à une bonne disposition psycho-affective. En effet, l’ocytocine, l’hormone de l’amour, est sécrétée dès lors que l’on se fait plaisir (manger un morceau de chocolat, se faire un câlin…). Elle sera très importante le jour de l’accouchement pour avoir des contractions de plus en plus fortes et efficaces. Donc, plus une femme enceinte aura été détendue, entourée et heureuse pendant sa grossesse, plus elle aura de récepteurs utérins à l’ocytocine, plus son accouchement sera rapide et efficace.

Il est important que l’entourage en ait conscience et qu’il participe à ce bien-être et cette sécurité émotionnelle dont la future maman a tant besoin. Tout son environnement doit l’inviter à prendre soin d’elle et se reposer: l’aider à bien s’hydrater, lui fournir une alimentation riche en micro-nutriments et réconfortante, la décharger de certaines tâches ménagères sollicitantes, l’inciter à verbaliser ce qu’elle ressent, la masser… Ce sera le plus beau cadeau que vous puissiez lui faire: prendre soin d’elle.

L’ocytocine va donc avoir un effet sur la bonne progression du travail et va induire des contractions de plus en plus rapprochées. C’est à partir de ce moment là que la future maman va avoir mal: chaque contraction entraine une douleur plus ou moins intense. Pour venir à sa rescousse, la femme va sécréter de nouvelles hormones: les endorphines. Elles vont avoir pour effet de calmer le mental et la douleur de la maman en la mettant dans un état second / méditatif / de pré-endormissement… Elles vont permettre à la maman de continuer son accouchement en étant connectée à son bébé, qui lui va s’endormir sous l’effet de ces mêmes hormones. Grâce à l’endormissement, la réserve en oxygène du bébé va être préservée malgré les contractions puis le passage par voie vaginale.

Si la maman décide d’avoir recours à la péridurale, il faut qu’elle attende d’avoir mal, car une péridurale posée trop tôt va stopper cette cascade hormonale si bénéfique. Le bébé ne sera pas endormi, la maman ne sera pas bercée par ses endorphines et le travail peut stagner.

Dans tous les cas, la clé est de lâcher prise, d’accepter la douleur, d’accepter de s’ouvrir et de se faire canal, d’être patiente, d’accepter d’expulser un bébé qu’on a porté pendant 9 mois et d’avoir hâte de l’avoir dans ses bras.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :